Agir pour sa Santé - logo
        
Agir pour sa Santé               

 

Consultation

 

Annuaire

 

Agenda

 

Forum

 

Partenaires

 

Réservation

 

Contact

 

1. Le processus de santé

 

 

De nombreuses recherches scientifiques montrent que l'état d’esprit agit sur les processus de santé.

 

Retrouvez la curiosité de découvrir vos ressources personnelles. Grâce à elles, vous pourrez accéder au processus de changement qui est l'essence de la vie. Adoptez dès à présent un journal de bord dans lequel vous pourrez écrire régulièrement.

 

Afin d'explorer, ensemble, cette nouvelle science passionnante, je vous propose de nous intéresser au processus de santé lui-même.

La santé est définie par l'OMS (l'organisation mondiale de la santé), comme "un état complet de bien être physique, moral, et social et pas seulement comme l’absence de maladie et d’infirmité."

La maladie, quant à elle, se définit par un ensemble de symptômes réunis en syndrome(s). Le syndrome est diagnostiqué grâce à une sorte de cadre de référence que l'on appelle nosographie. C'est par l'observation et l'expérimentation que la science médicale a peu à peu élaboré les traitements que nous connaissons.

Depuis la logique de Descartes, en Occident et particulièrement en France, patrie du rationalisme et de la science, l'esprit et le corps constituent deux entités distinctes.
La psyché a été assez arbitrairement séparée de la biologie.
La dimension psychologique fait pourtant partie intégrante des processus de santé.

Un ensemble d'observations et de recherches concernant le rôle que joue l'esprit dans le processus de santé commence à devenir incontournable.

Et, comme souvent, c'est aux États-Unis que la recherche a considérablement progressé dans la compréhension de ce lien qui unit l'esprit et le corps. En réalité, elle ne fait que redécouvrir ce que l’on sait depuis toujours en Asie.

Ses conclusions aboutissent au fait que l'état d'esprit agit sur la santé. (2)


1°) Exercice : après avoir lu ce texte, fermez les yeux, concentrez-vous quelques instants et ne pensez pas à la santé.

Que se passe-t-il ?

Vous y pensez, n'est-ce-pas ?

 

De la même façon, si je vous propose de ne pas penser à un éléphant rose, sa représentation s'imposera à votre esprit après quelques secondes de concentration. De même si je vous invite de ne pas penser à la maladie, son ombre se profilera dans votre esprit.

Dès le moment ou un mot franchit la barrière de la conscience, il n'est pas possible de ne pas y penser. D’où l’importance de se focaliser sur l’état de bien-être et de santé.

Il n'est pas possible non plus d'entraver le cours d'une pensée négative.

Dans une certaine mesure, l'inconscient semble ignorer la négation (non, ne... pas...) dans une phrase.

En cas de douleur, si l'on se répète : “ Je n’ai pas mal ”, bis, ter,... le mot “ mal ”, associé à la douleur, aura été répété à trois reprises. Ce mot est lié aux sensations et aux sentiments qui y sont rattachés. Il vous focalise sur la sensation désagréable.

Il est par contre de beaucoup préférable d'apporter une nourriture saine à son esprit, grâce à une pensée positive. Par exemple, en répétant la phrase :
"Je peux progressivement retrouver le bien-être en respirant profondément", il vous sera possible de constater une modification de la sensation douloureuse.

Le mot douleur amplifie le phénomène douloureux tout comme le mot bien-être augmente l’état de relaxation.

Se laisser aller à la tristesse, à la haine, au désespoir, etc., influe sur l’organisme en déprimant ses fonctions immunitaires. Ces pensées produisent l’effet inverse de celles qui concernent l’état de santé, le plaisir et l’amour. C'est l'un des prolongements de ce que Bernheim a appelé l'idéodynamisme. (3)

 

Une pensée entraîne une représentation mentale. Celle-ci stimule une certaine émotion. À son tour, chaque émotion a un retentissement spécifique sur la physiologie notamment sur le système immunitaire. (4)

 

2°) Avant de vous endormir ou de vous réveiller, concentrez-vous sur l’espoir de réaliser ce qui vous tient à coeur. Révez que vos souhaits les plus chers se réalisent.

 

_________________________________________________________

(2) Pour en savoir plus, les références d’une vingtaine de livres publiés en langue française se trouvent dans notre bibliographie de référence. Pour plus de précisions, plus de 330 références bibliographiques sont disponibles dans notre bibliographie générale en langue anglaise.

(3) Bernheim H. (1891). Hypnotisme, suggestion, psychothérapie, Octave Doin, Paris (1981).

(4) Zveguinzoff P. (1998). Ces émotions positives qui guérissent. Vous et votre Santé. N° 62, 17-21.

 

 

 

Revue de presse - page 1
Revue de presse - page 2

 

: Relaxation et Hypnothérapie en ligne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sommaire

 

Préface

 

Préambule

 

Information

 

Chapitre 1

 

Chapitre 2

 

Chapitre 3


Chapitre 4

 

Chapitre 5

 

Chapitre 6

 

Chapitre 7

 

Chapitre 8

 

Chapitre 9

 

Chapitre 10

 

Chapitre 11

 

Chapitre 12

 

Chapitre 13

 

Chapitre 14

 

Chapitre 15

 

Chapitre 16

 

Chapitre 17

 

Chapitre 18

 

Chapitre 19

 

Chapitre 20

 

Chapitre 21

 

Chapitre 22

 

Chapitre 23

 

Chapitre 24

 

Chapitre 25

 

Chapitre 26

 

Chapitre 27

 

Chapitre 28

 

Chapitre 29

 

Chapitre 30

 

Chapitre 31

 

Chapitre 32

 

Chapitre 33

 

Chapitre 34

 

Chapitre 35

 

Chapitre 36

 

Chapitre 37

 

Chapitre 38

 

Chapitre 39

 

Chapitre 40

 

Conclusion

 

Annexe 1

 

Annexe 2

 

Biblio 1

 

Biblio 2