Agir pour sa Santé               
 

 

Consultation

 

Annuaire

 

Agenda

 

Forum

 

Partenaires

 

Réservation

 

Contact


Plan

 

Volonté - La volonté - Forum - Archive 4

Problème - Solution - Forum psy

Volonté - La volonté

juncal

Inscrit le: 07 Fév 2005
Messages: 13

Posté le: 07 Fév 2005 22:00    Sujet du message: La Volonté

Depuis longtemps je me demande ce qu'est la volonté!?

Je suis arrivé à la conclusion que cela est un concept qui sert à conserver les hommes et les femmes dans un état de dépendance vis à vis des dirigeants, des forts de ceux qui ont eux réussis, car ils ont eu la volonté!!

Mais la volonté de quoi?

Volonté de se lever le matin? la volonté de ne pas tomber malade? la volonté de s'arreter de fumer? La volonté d'apprendre? etc, etc..

La volonté avec un grand "V" existe-t- elle vraiment? existe-t-il une volonté multidirectionnelle?

Ne sommes nous pas victime d'une notion tout autre: "Le Volontarisme"?
Tout aussi capable de vous déprécier à vos propre yeux ?

 

 

lanthana

Inscrit le: 01 Fév 2005
Messages: 13

Posté le: 11 Fév 2005 16:35    Sujet du message:

"La volonté n'est pas une fonction à côté de l'imagination de la mémoire ou du jugement. Elle est un plan de vie auquel nous sommes élevés par ces fonctions" Pradines (Traité de Psychologie I. page 258).

Cordialement Lanthana



 
jean-yves

Inscrit le: 08 Nov 2003
Messages: 85
Localisation: BASTIA
Posté le: 11 Fév 2005 17:59    Sujet du message:

La volonté ....

C'est je pense avant tout le respect de sa propre parole.

Je m'explique.
Je peux très bien avoir une volonté de fer dans le travail et ne pas en avoir du tout lorsqu'il sagit d'arrêter de fumer...

La volonté <=> choix personnel <=> parole donnée envers sois même.

Ce schéma est très simple mais il constitue le point de départ de toute chose.

Ensuite viennent se greffer les impondérables (accoutumance, milieu sociale etc...)

Enfin, c'est le départ d'une piste !?!?

JYR



 
juncal

Inscrit le: 07 Fév 2005
Messages: 13

Posté le: 12 Fév 2005 10:40    Sujet du message:

La volonté à cela de négatif qu'elle véhicule la notion d'entêtement, obstination, qui capture l'ensemble des énergies et les converge vers un seul point.

Il convient de parler de Désir, où là entre la notion de souhait, cela est plus magique!
On pénètre le monde des émotions, et on est apte à créer et ressentir des sentiments.
Et par magie les choses désirées peuvent se réaliser, et cela dans la pleinitude. L'objetif n'est pas réduit à la seule pensée positive, mais plutôt à une capitalisation en se fabriquant une bibliothéque de bonnes émotions, qui ont une vertue extraordinaire, elle décrispe le visage et l'esprit. A tu entendu l'expression "un air volontaire"? n'est ce pas un visage un peu tendu, crispé? Et tendu vers un seul objectif à la fois et pas tous.
La plenitude permet l'accord, le respect de soi, donc de l'autre.
J'admet que nous ne soyons pas des saints et que nous ayons parfois droit à des colères, des débordements.....


 


Philippe
Equipe CORSICAfr

Inscrit le: 08 Nov 2003
Messages: 101

Posté le: 12 Fév 2005 11:03    Sujet du message:

juncal a écrit:
A tu entendu l'expression "un air volontaire"? n'est ce pas un visage un peu tendu, crispé? Et tendu vers un seul objectif à la fois et pas tous.

Ne serais ce pas plutôt de la détermination dans ce cas là ?
Quelle grande différence entre les deux ?

J'imagine que cela doit être l'envie, le désir même caché ou enfoui de vouloir y arriver : VOULOIR <=> VOLONTE.
La détermination on se l'impose, sans se poser de questions. Notre volonté est beaucoup moins solicité puisque nous faisons abstraction de conflit interne par l'acceptation définitive de la direction choisie, cela peut toutefois se traduire par l'expression de son visage pour en revenir à la citation de Juncal... Celui qui maîtrise ses pensées n'en maîtrise pas pour autant son corps et vice versa .
_________________
Modérateur



 
juncal

Inscrit le: 07 Fév 2005
Messages: 13

Posté le: 13 Fév 2005 9:02    Sujet du message:

Il y a plusieurs choses qui sont intéréssantes dans l'intervention de Philippe
1/ Le "Envie"
2/ La nécéssité de ne plus s'écouter pour réaliser ses objectifs
3/ La Maîtrise de ses émotions n'empéche pas (pas toujours, soyons moins catégorique...) que cela ne transpire sur nous, sur notre visage ou sur notre comportement (position du corps dans l'espace)

Je laisse à chacun la possibilité de réagir sur ces 3 points.

Mais, voilà juste une piste: "La vie ne vaut d'être vécue, que si on la vit"
Dixite un grand maître connu sous le nom de jpg



 
Paul

Inscrit le: 11 Jan 2005
Messages: 544
Localisation: Haute Corse
Posté le: 18 Fév 2005 9:33    Sujet du message: Définitions...

Voila un intéressant débat sur un concept qui en recoupe beaucoup d’autres.

Pour le dictionnaire Hachette, la définition de la volonté est la suivante : “Faculté de se déterminer soi-même vis-à-vis d’une décision à prendre, d’une action.”

Elle est à distinguer du volontarisme “Doctrine ou attitude qui consiste à mettre tout en oeuvre pour soumettre le réel à une volonté définie et exprimée.”

Ce concept oscille entre deux opposés que l’on retrouvent dans les maximes populaires : “quand on veut, on peut.” et “à l’impossible nul n’est tenu.”

Son propre point de vue par rapport à la volonté dépend donc étroitement de nombreux paramètres telles que : son histoire personnelle, son éducation, sa philosophie de vie.

Entre le créativisme, mouvement psychothérapeutique qui postule que l’on crée sa vie en fonction de sa volonté, et le fatalisme, tendance à croire que tout est écrit d’avance, il me semble intéressant d’envisager le rôle de sa propre croyance (et des raisons qui la motivent) mais aussi de distinguer une volonté consciente et une autre inconsciente, parfois diamétralement opposées.

Par exemple, les personnes souffrants de d’agoraphobie, peur irraisonnée de l’espace, et qui ne peuvent, malgré toute leur volonté réussir à sortir de chez elle sans développer des symptômes de stress aigu, il y a manifestement conflit entre une volonté consciente et une “volonté” inconsciente.

La thérapie cognitivo-comportementale, travaillant à la fois sur les processus de pensée et sur les comportements permet à ces personnes de ré-apprendre progressivement à dépasser les conflits inconscients et de développer un nouveau mode d’être leur permettant de résoudre ce handicap.

Pour un certain nombre de thérapeutes, l’inconscient est beaucoup plus puissant que le conscient. Il s’agit donc de “ré-éduquer” l’inconscient en lui adressant des messages déterminés destinés à se reprogrammer positivement. Pour plus de détails, vous pouvez lire sur ce forum le passage concernant la méthode Coué (rubrique : Changer).

Cordialement

Paul



 
juncal

Inscrit le: 07 Fév 2005
Messages: 13

Posté le: 20 Fév 2005 9:01    Sujet du message: VOLONTE

Bonjour Paul,

Je reconnais la définition de la volonté et du volontarisme,
je reconnais la puissance de l'inconscient sur le conscient,

Il est donc normal de reconnaitre la différence qu'il y a entre une définition de dictionnaire et l'interprétation, ou la manière de vivre et de comprendre, une expression. Et cela justement en raison de son expèrience de vies et ses croyance (Ex: je m'organisme mieux dans ma vie professionnel qu dans ma vie privée..)

Je reconnais qu'il y a des maladies de l'ordre mental

Je ne n'interviens pas à ce niveau de discussion, je ferai un exercice illégale de la médecine!

Aprés avoir précisé et reconnu tous ces points, il est le moment de me faire comprendre:
Il ne faut pas se bloquer par des schémas qui correspondent à une croyance commune (conscience collective) donc pas la notre-propre.

Il est là, question de la manière dont est vécue, dans notre société et à cause de la conscience collective, la notion de volonté, mais aussi de tas d'autres schémas tant de la vie professionnelle que privée, qui nous amène à chausser des baskettes qui ne sont pas les notres et nous font mal au "pieds" (à l'ame, et à notre physiologie) au jour le jour, par une personne qui n'a pas de trouble de l'ordre mental.

Il convient donc de prendre conscience de ses propres modèles et de savoir réaliser les différences séquences qui permettront la reconnaissance de ses déclencheurs(perso) du plaisir (Etre capable de ce rendre compte que le moment que nous vivons est unique et pouvoir en ressentir toutes les bonnes émotions, ne pas laisser prise aux mauvaises émotions) Le tout pour éviter les influences dévastatrices des mauvaises émotions sur nos organes viteaux, mais aussi sur nos decisions.

Je fait ici une précision: il convient de ne pas confondre cette attitude avec "je m'en fou"
Il est plutôt question de régir ses émotion en bon chef d'orchestre.

La démarche qui est ici conseillée, consiste à justement réaliser sur soi-même, le travail qui évite de tomber dans le désordre mental, où il n'est plus possible de reconnaitre ce qui est bon pour nous.

"La vie n'est intéréssante que si elle est vécue"
"La vie n'est intéréssante que si on ne se trompre pas de vie"
"La vie des autres n'est pas notre modèl, ellepeut très bien nous amener au trouble mental"

jp



 
Paul

Inscrit le: 11 Jan 2005
Messages: 544
Localisation: Haute Corse
Posté le: 24 Fév 2005 17:24    Sujet du message: Bien vu !

Bonjour JP,

Bien vu votre analyse. Je partage vos points de vue. Notre société normalisatrice nous met souvent dans l’obligation de nous conformer à un modèle prédéterminé. A l’école, nous devons être dans la moyenne sous peine d’être frappé d’exclusion.

Cela est aussi valable pour les “nuls”, exclus par la hiérarchie scolaire, que pour les “surdoués”, exclus par leurs condisciples.

C’est ce qu’une collègue de l’éducation nationale appelle ‘l’édu-castration”.

Et il n’y a pire chatiment que l’exclusion. Pour preuve, les sociétés tribales préféraient le plus souvent le bannissement à la peine de mort. Coupé de ses racines et de ses proches, l’exclu n’existe plus au point de devenir transparent au monde qui l’entoure. C’est la grande tragédie des “étrangers”, des SDF et autres RMIstes qui se retrouvent fréquemment coupés de tous liens sociaux et en danger psychique et somatique. L’indifférence des politiques et de notre société à leur égard est, à mon sens, criminelle.

Par ailleurs, les médias qui glorifient la télé-réalité contribuent, eux aussi, à une standardisation des modèles idéaux, abrasant du même coup toute différence inter-individuelle par une élimination systématique des “originaux”.

Peut-être est-ce à relier avec la surconsommation de psychotropes de nos concitoyens...

Faute de ne pas ressembler aux icones éphémères portées aux nues par la foule en délire qui les acclame, l’individu se sent parfois cruellement en décalage avec son désir d’être la star adulée. Ce désir est par ailleurs contredit par son besoin vital essentiel d’être simplement lui-même.

Ainsi, au quotidien, il y a pour chacun de nous un équilibre à trouver entre ces deux extrêmes.

Le désir naturel d’identification des individus à leurs modèles contribue à éloigner chacun de sa “légende personnelle” comme l’a justement compris Paolo Coelho dans l’Alchimiste. Peut-être est-ce le défi que chacun de nous doit relever au quotidien pour ne pas perdre son âme et sa santé. Vivre sa légende personnelle sans pour autant s'exclure de notre société.

Cordialement

Paul



 
juncal

Inscrit le: 07 Fév 2005
Messages: 13

Posté le: 24 Fév 2005 18:36    Sujet du message: LA VOLONTE

Merci Paul,

C'était juste ce que je désirais trouver sur le forum!

La réalité, c'est que nous nous conformons à des modèles.

Cette pratique a été élaborée par nécéssité, pour permettre la gestion des "Masses", du peuples, des "moutons"

La difficulté de la quête du bonheur c'est, en effet de réussir à se développer selon son modèle "approprié", mais en même temps d'accepter la notion de "Modèles" préétablis, pour que la structure sociale survive, que notre vie au quotidien ne tombe pas dans le cahot.

Si nous sommes à la recherche de la vérité, ou plus simplement de la justesse, nous devons réussir à vivre avec cela.

"La vérité est dans la voix du milieu"

Aucune extrême n'apporte l'épanouissement, et ne permet d'aspirer à la sérénité.

JP


 


Philippe
Equipe CORSICAfr

Inscrit le: 08 Nov 2003
Messages: 101

Posté le: 28 Fév 2005 15:42    Sujet du message: Re: LA VOLONTE

juncal a écrit:
Aucune extrême n'apporte l'épanouissement, et ne permet d'aspirer à la sérénité. JP

J'adhère complètement à ce point de vue.

Maintenant je pense que l'on se "structure" dès l'enfance, que notre personnalité évolue avec nos expériences mais en tenant compte de nos "acquis familiaux".
Le petit écran et parfois même la radio se substituent aux parents pour donner l'exemple... Où VA T'ON ?

Le PROBLEME existe, il est bien réel et il est "presque trop tard" pour en venir à bout rapidement.
_________________
Modérateur



 
shadow

Inscrit le: 09 Nov 2004
Messages: 28

Posté le: 05 Mar 2005 21:21    Sujet du message: L'instinct grégaire

L’instinct grégaire est une expression que j'affectionne enormément (avec regret) tant il est constaté de nos jours dans tous les actes de la vie courante :
Achat de bien alimentaires, vestimentaires, choix musicaux, mode d'expression...etc
Nous sommes également aveuglé et conditionné par tant d'images subliminales à la TV par exemple, que cela en devient même "risible au bout d'un moment" (cf. Un président de Coopérative Agricole) mais surtout un véritable fléau qui prive notre population d'identité et de toute originalité et qui condamne par dessus tout , tous les adolescents à se conduire de façon identique…
L’adolescence est une période de doutes, d’hésitations… la plupart des adolescents cherchent à entrer dans des normes, à ne se démarquer des autres sous aucun prétexte par crainte,d'une manière générale, d'être rejeté.
C’est bien dommage et je regrette le peu de sursaut de la part de nos jeunes concitoyens: on constate en effet dans les lycées ou collèges (surtout dans les collèges d’ailleurs, puisqu’au lycée, certains s’émancipent et assument ce qu’ils sont) d'immenses troupeaux d’ados vêtus de façon quasi identiques…
De véritables chèvres qui n'ayant pas de repères objectifs, tantôt fument, pour se donner « un genre » tantôt pour faire comme le voisin…
Ceux qui ne veulent pas se soumettre aux normes du moment sont rejetés … C’est vraiment regrettable… déjà, juger les gens sur une apparence est on ne peut plus méprisable, mais en plus imposer des décrets vestimentaires ou même dans l’attitude est tout à fait fâcheux… en effet, on perd toute la richesse des différences.
Certes, me direz vous, cette tendance NATURELLE n'est pas manifeste seulement chez les adolescents mais chez chaque être humain...
Et vous avez bien raison, en effet, l'ostracisme (le rejet de celui qui est différent) (j'ai appris un nouveau mot aujourd'hui alors je vous en fais profiter ! ) se retrouve à tout âge...on exclut toujours celui qui ne nous ressemble pas. et on va toujours vers celui qui nous ressemble...
Triste constat à méditer et à contre carrer...SURTOUT !

Pour accéder directement au forum...

 

Volonté - La volonté - Forum - Archive 4

Forum psy- Archives
Archive 5